Noëllissime.

Noëllissime

Voilà une affiche qui fait jaser sur les réseaux. Je ne vais pas ici, en rajouter sur l’affiche, chacun jugera (on va pas se mentir, l’affiche me fait un peu gerber). C’est bien plus l’argumentaire qui vient justifier cette affiche qui m’intéresse.

Il y avait des femmes avec nous pour juger l’affiche donc c’est ok :

C’est un argument usé jusqu’à la lie pour contrer une attaque de sexisme. Je vais pas faire ici, une histoire du féminisme, des mouvements de femmes, mais l’histoire nous montre que l’égalité n’est pas aussi simple. Il  est bon de comprendre les mécanismes du stéréotype et des biais d’attributions. On sait par exemple que lorsque l’on répète à un enfant qu’il est nul, il finit par le croire et par l’être. On sait que l’un des mécanismes du harcèlement, au travail notamment, repose sur la répétition d’images négatives. On sait aussi que ces types de renforcements contribuent à répéter les comportements : « Chérie, je t’offre une dinette », « Chérie, oh comme il est beau ton tablier », « Chérie, tu aimerais pas plutôt faire de la danse, le foot, c’est plutôt pour les garçons », du coup Chérie va petit à petit intérioriser ces éléments qui vont, pour elle, devenir une norme, ainsi plus tard, elle ne sera pas particulièrement choquée par une affiche soulignant le fait qu’une femme se doit d’être belle, usant de ses charmes pour avoir les cadeaux du père Noël. Donc ne chargez pas 1, 2, 3, 4 femmes de défendre TOUTE les femmes, les féministes et les femmes, ce ne sont pas forcément les mêmes.

C’est pas grave, de ne pas voir que l’affiche a un souci, c’est même normal. C’est normal de s’adapter à certaine choses, au point de ne plus les voir, sans ça on serait emmerdé au quotidien, on s’arrêterai constamment en se posant la question « Non, mais est-ce que c’est normal ça ? C’est normal qu’il ai deux yeux et un nez ? »

Mais lorsque d’autre le fond remarquer, eux l’ont vu, pour diverses raison, eux n’ont pas eu à créer cette campagne, n’avaient pas un cahier des charges lourd, n’avaient pas comme mission de redynamiser une ville, ils n’ont pas eu l’affiche sous les yeux pendant plusieurs jours. Donc oui, ils ont repéré qu’il y avait un truc qui collait pas. Là par exemple, on peut se poser, regarder l’affiche différemment, essayer de comprendre pourquoi les réseaux s’emballent. Il faudrait d’ailleurs essayer de voir, si les personnes qui ralent contre l’affiche viennent pas en majorité des réseaux, auquel cas ça s’expliquerait assez facilement (dans un autre billet peut-être).

Sinon, pour bien voir la mesure de cet argument, et si c’est trop de lire l’ensemble du paragraphe, je résumerai l’argumentaire par : « Christine BOUTIN. »

Mais c’est du second degrés (on n’a plus le droit de rire de rien):

et la suite c’est : « Si Desproges et Colluche étaient encore en vie ils n’auraient plus le droit d’exister ». Alors là c’est un sujet, houleux, je prend des risques graves… Donc Desproges disait « On peut rire de tout, mais pas avec n’importe qui ». Du coup l’affiche, elle s’adresse à n’importe qui, à tout le monde, aux enfants, aux jeunes, aux musulmans, aux juifs, aux femmes, aux hommes, aux trans, etc. Je vais pas revenir sur le lutin au premier plan, je trouve ça d’un goût douteux surtout le « bon, bin au départ on avait mit un blanc mais bon….la diversité hein… ».

Donc cet argument vient automatiquement couper le débat : »si tu es ok, alors tu as de l’humour, si l’affiche te déplaît tu n’as pas d’humour, c’est pas la peine qu’on discute ». Ok, bon bin j’ai pas d’humour, j’ai rien à dire sur l’affiche, j’ai donc le droit de bien fermer ma gueule.

« Tu connais la différence entre un noir et un pneu ?… Le pneu, ne chante pas quand on lui met des chaînes », ça c’est ok alors ! C’est de l’humour, c’est raciste ! C’est un délit. Oui, mais non c’est de l’humour, tu comprends pas, si c’est pour rigoler c’est ok.

Alors, oui, ok pour l’humour, en privé on dit ce qu’on veut, on rigole de tout, si ça nous amuse de faire une soirée antille, en se mettant du cirage sur la tronche, c’est ok, moi honnetement je m’en fou.

Sinon, j’ai vu passé un jeu, je me rappelle plus du nom, où le but c’est de violer des filles. On croise une fille, on souffle sous sa jupe, pour voir sa culotte, on peut aussi se coller à elle dans les transports en commun etc. Ça doit être de l’humour, je suis pas drôle.

Il n’y a pas moyen de juger l’humour, c’est compliqué, ça demande de la FINESSE ! Et surtout, si quelqu’un ne trouve pas ça drôle c’est pas parce qu’il n’a pas d’humour, c’est parce que la blague est mauvaise.

À moi aussi, il arrive, quand je suis avec des amis de faire des blagues sexistes, même parfois franchement dégueulasse, parce que j’ai intériorisé un certain nombre de normes, de codes (hey…on est entre couilles on s’en fou), et puis c’est comme ça qu’ils me connaissent, c’est aussi un peu là dessus qu’ils m’attendent, donc j’enfile mon masque de clown et je fais marrer sur l’objectification des femmes. Mais mon rire n’est plus aussi innocent, je ne peut plus dire que je m’en fou, je regrette après la soirée, me jurant à moi même que plus une blague sexiste ne sortira de ma bouche…et puis, je retourne avec ces mêmes amis et je recommence, c’est là qu’ils m’attendent donc… Il me faudra changer, faire l’effort d’essayer. Jamais plus je n’oserai le faire en public. Et là, l’affiche de Nöel de Saint Brieuc y va franchement, ah, l’humour dégueux on a le droit de le faire aussi en public? Bon, bin c’est cool alors, tiens une petite main au fesse ici, tiens je me colle a toi dans les transport en commun…

– « c’est bon calme toi, c’est de l’humour, c’est Saint Brieuc qui le dit, tu sais Saint Brieuc, la haute autorité de contrôle de l’humour, elle a dit qu’on avait le feu vert sur le sexisme, et tu sais, il y a même des femmes à cette commission de contrôle, on s’approche vraiment de l’égalité « 

On sent bien que l’argument de l’humour pue un peu la merde.

 

J’ai pris volontairement des cas extrêmes, bien évidemment l’affiche est moins grave que ça, mais ne ditent pas « vous ne pouvez pas comprendre, c’est du second degrés ».

Les arguments qui auraient pu tenir la route :

On fait ce qu’on veut :

On a voté, c’est cette affiche qui a remporté les suffrages. Donc bon, évidemment certain n’en sont pas satisfait, ok on peut comprendre mais bon, c’est ça la démocratie aujourd’hui, une majorité qui gagne contre une minorité.

Ça c’est une réponse qui aurait eu de la gueule, affirmer un positionnement ferme, tout en soulignant un certain problème dans la démocratie.

 

De toute manière Noël c’est du stéréotype:

Une famille hétérosexuelle, blanche, avec 3 enfants pourris de cadeaux, de opulence, et donc pourquoi pas, de la luxure. Une grosse dinde dans la cuisine qui n’attend que de se faire fourrer. (je laisse les communicant adapter le vocabulaire en fonction).

C’est difficile a Saint-Brieuc de sortir des sentiers battu :

Bah, oui c’est con, on a voulu faire une affiche un peu fun, elle a été assez mal reçue, peut-être qu’on a fait une connerie. On est vraiment partagé à Saint-Brieuc, on aimerait parfois être un peu plus progressiste mais bon, c’est vrai qu’il y a quand même pas mal de bourrin dans la ville, donc oui, peut-être par facilité on a plongé à pieds joints dans la facilité.

Bref, il aurait mieux fallut dire : »On a peut-être fait une connerie » plutôt que de fournir des arguments débiles, que n’importe quel Keen’V (pourquoi Keen’V… c’est celui qui m’est venu direct….ça va encore me couter cher en analyse), sortira dés que quelqu’un lui tapera sur les doigts.

 

Un commentaire

  1. Le fameux « deux poids, deux mesures » semble être la marque de fabrique du gouvernement. en effet, tous ces juges improvisés de l’ordre moral ne trouvaient rien à redire lorsqu’un obscure artiste étasunien installait un gigantesque « plug anal » vert sur la place vendôme. la soit-disant liberté artistique prévalait à leur yeux même si elle s’opposait à ceux qui n’y voyaient qu’une œuvre (?) grotesque et obscène. même si cette campagne publicitaire me semble bien inappropriée pour une fête familiale, la tentative maladroite de faire du second degré n’est en rien condamnable. j’espère que les membres du gouvernement ont des choses bien plus importantes à traiter que cette affaire somme toute anodine..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.