On se retrouve ailleurs.

Quitter Facebook, pour la nouvelle année, un serpent de mer, la bonne résolution à la con. Dans 2 semaines je recrée un compte, je vais revenir la queue entre les jambes, montré du doigt, par tous mes contacts.
Mais bon, je vais essayer. Ça va pas être simple, on est d’accord, ça va sans doute être comme arrêter la cigarette, si tenté que j’ai un jour eu envie d’arrêter de fumer.

Facebook c’est bon :

D’abord, pour entamer un bon sevrage, il faut savoir identifier, pourquoi j’utilise Facebook. D’abord, et surtout, Facebook c’est pratique. Quasiment l’ensemble de mes amis, sont présent sur ce réseau. Du coup, pas besoin d’aller chercher dans le répertoire, la petite tache verte m’indique lorsque ceux à qui je pourrais parler sont présent. Un petit message, vite fait en passant, généralement assez court, comme un SMS.

Ensuite on voit que chacun fait sa vie, on voit passer les photo de mariage, les soirées etc. Même si l’on ne discute pas avec tout le monde, on sait au moins ce qu’ils deviennent. On peut s’échanger des liens, des images, des gifs, des info et ça c’est cool. On en apprend plus sur Facebook, qu’en demandant simplement et directement aux gens. L’un des truc qui a vraiment popularisé Facebook, c’est bien le statut amoureux. A présent, ça se fait quand même de moins en moins, c’est de moins en moins fiable, mais si l’on se débrouille bien, il y a toujours moyen de savoir qui est célibataire et qui ne l’est pas. Une personne croisée un 31, tard dans la soirée, on n’a pas osé trop lui demander son numéro de téléphone, on ne sait pas trop où et quand le/la revoir. Avec un nom et un prénom, paf, le contact Facebook est établit. Facebook, premier partenaire de nos ébats. Avec une connaissance assez fine des algorithmes il est même possible, sans autres indications que les statuts de prédire le passage du statut de célibataire à en couple.

Facebook, est aussi assez pratique pour se réunir, un anniversaire, une soirée, bim, une invitation Facebook est envoyée. On sait qui va, qui va pas, qui va peut-être venir. Ça c’est assez cool aussi.

Mais soyons raisonnable (t’as raison, ouai on va être raisonnable), comme toute bonne chose, c’est mauvais pour la santé (oui, t’as raison, on va manger de la salade et des carottes et boire de l’eau minérale. Comment te dire ?? : » Va bien te faire cuire le cul, HYGIENISTE ! « ).

Facebook, c’est mauvais :

Bah, oui désolé Facebook, c’est pas bon, on y passe combien de temps par jours ?  On attend un peu dans une salle d’attente : Facebook, on veut échapper à une conversation : Facebook, on sait pas quoi faire le soir : Facebook. C’est super chronophage, on passe moins de temps à faire autre chose…à aller sur Twitter par exemple 😀 . D’un autre côté il suffirait de se limiter un peu tout seul (il existe même certain logiciel qui te bloque certains accès, typiquement, Facebook, pendant certaines heures)….

Non, moi ce qui m’intéresse c’est la vie privée, la décentralisation des internets. L’internet est devenu Facebook (ou Google, ça c’est vraiment au choix), et Facebook est devenu l’internet pour les personnes « normales ». Alors qu’internet c’est tellement plus que ça, c’est écrire, ne pas être d’accord, c’est apprendre. Si je ne m’étais cantonné qu’à Facebook et Google, vous ne seriez sans doute pas en train de me lire. Facebook et Google c’est la hiérarchisation, t’as le Figaro, Le Monde qui postent un truc, paf, il arrive en premier. Alors que ta petite promo à toi qui organise un truc cool dans ton quartier,bah rien, t’as un « like » de tatie et c’est tout. Ah bah, oui sur Facebook t’as la liberté d’expression, juste derrière ceux qui sont déjà installé, le web, si on n’y fait pas gaffe, ça va devenir comme ça (une petite bise en passant à la quadrature, à @AdrienneCharmet et à tous ceux qui participent à la sauvegarde de la neutralité du net).

Bon la question de la vie privée, je vais pas en parler, c’est un acquis j’espère, la NSA, la loi de prévention du terrorisme, la censure, tout ça. Mais c’est réellement la raison première de mon départ, le fait que ce soit chronophage, à la limite c’est pas bien grave, la netneut, offf on sais pourquoi on va là bas, hein c’est pas pour l’intelligence, donc c’est bien plus la vie privée, et aussi la prise de conscience qu’il y a un problème. Lorsque l’on lance son navigateur et que direct on va sur Facebook, c’est bizarre, c’est dommage. Un moment donné faut être cohérent, même si c’est difficile. Ça fait plusieurs années que j’observe internet, et le numérique en général. Que chaque jour j’en apprends plus sur comment ça fonctionne tout ça, que je tente de mieux comprendre pour mieux m’en protéger. N’utiliser que des logiciels libres, chiffrer au maximum mes communications, tenter l’aventure de l’auto-hebergement (ah oui, pour celleux qui ne me connaissent pas, j’ai AUCUNE formation en informatique (non non le C2i ça compte pas.)). Ce sont, les internets qui m’ont donnés l’envie d’apprendre, parce que j’ai compris, un jour, que c’était important, qu’on était sans doute en train de vivre une époque particulièrement intéressante, qui c’est doté en partie du numérique pour changer, et que si l’on ne comprenait pas cet outil, on passait à côté d’un des éléments de compréhension du monde contemporain. Et Facebook n’est pas internet, tout comme une pain au chocolat n’est pas une boulangerie.

Au revoir  :

Du coup, ce que je propose, c’est qu’on se contact par d’autres moyens. Il y a plein de solutions, vraiment, Facebook, est certe pratique, mais il n’est pas irremplaçable, il y a mille manières de se rencontrer, voir même de rencontrer des gens qu’on ne connaît pas, boire une bière dans un bistrot, faire la fête, toujours faire la fête, échanger nos mails, nos numéros de téléphones, nos Twitter, nos adresses. Discutons, débattons, fritons nous, rencontrons nous, faisons nous des bisous, touchons nous sans intermédiaire, personne n’a à savoir qui on rencontre quand, avec qui. Personne n’a à savoir de quoi on discute, ça c’est nos oignons.

Ici, vous retrouverez, tous les moyens pour me contacter.

(Je ferai rapidement un tuto sur un moyen pas si différents, des messageries instantanée de Facebook, ou de feu MSN (sans réelle inscription) avec jabber, pour les petits curieux qui ne veulent pas attendre c’est très bien expliqué ici. Et du coup pour me contacter via ce service c’est cametleon@riseup.net)

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.